A la une

Comment apprendre à coacher un groupe ? Réflexions et propositions

Bonjour à tous,

Il y a quelques semaines, je vous ai informé que suite à la demande de plusieurs d’entre vous, j’ouvrais en septembre prochain un nouveau groupe de supervision de pratiques du coaching de collectifs (groupe / équipe / organisation) et d’application de l’Elément Humain à ces pratiques.

Depuis, ma vision de ce groupe a évolué et les modalités de travail que je propose se rapprochent désormais d’un mode d’apprentissage que j’appelle « compagnonnage ».

Cette évolution tient principalement en deux points :

1. une place plus importante sera faite à la transmission de connaissances théoriques et méthodologiques relatives à ce métier et à l’application de l’Elément Humain à ce métier. Ce groupe devient donc un groupe de formation supervision à la pratique du coaching de collectifs,

2. la conception et l’animation de chaque journée seront déléguées à un participant différent à chaque fois et celui-ci bénéficiera de temps individuels de « mentoring » pour l’aider  :
- concevoir l’agenda et le processus de travail,
- se préparer à « l’intervention »,
- piloter le dispositif pendant la journée,
- tirer les fruits et les enseignements de son expérience.
Autrement dit, il y aura des temps d’accompagnement individuel de chacun des participants dans l’apprentissage ou le développement de sa pratique du coaching de groupe / équipe / organisation.

Ces jours-ci, j’ai été surpris et ravi de voir l’enthousiasme que cette proposition a suscité chez les confrères à qui j’en ai parlé et dont plusieurs ont déjà postulé pour intégrer ce groupe. Au fond, leur réaction est pour moi la confirmation de convictions sur l’apprentissage du métier d’accompagnement de groupe que je souhaite partager avec vous dans cet email.

Accompagner un groupe dans la résolution de ses problèmes et dans son développement est une expérience souvent très forte et très interpellante quand on laisse au groupe de l’espace pour s’exprimer et ainsi évoluer…… et l’apprentissage de cette pratique n’est pas trivial.

Au cours de mon expérience j’ai constaté que cet apprentissage comportait au moins 3 dimensions :

- l’intégration de connaissances théoriques, méthodologiques, pratiques etc…,

- l’acquisition d’expérience via des interventions ou au minimum de l’entrainement (animation déléguée) et

- le développement d’une aptitude à gérer ses propres réactions face aux différentes formes d’expression du groupe et de ses membres : silence, tensions, agressivité, émotions, etc….

Cela m’a toujours fait considérer que les meilleures conditions possibles pour apprendre ce métier étaient le « compagnonnage » c’est-à-dire l’apprentissage en situation et sous la présence et l’autorité d’un professionnel expérimenté.

La situation de compagnonnage permet en effet à l’apprenti d’intégrer les aspects théoriques et pratiques à partir de situations vécues, elle lui permet de prendre en charge des séquences d’accompagnement de groupe de plus en plus complexes et elle lui permet d’être aussi accompagné dans la maturation des réactions émotionnelles que réveillent en lui ces situations de groupe.

C’est sous la forme d’un compagnonnage que j’ai commencé il y a 20 ans à apprendre ce métier auprès de Vincent Lenhardt puis sur une plus courte période auprès de Will Schutz et c’est de cette façon que ces 15 derrières années j’ai moi-même transmis ma pratique à un certain nombre de confrères.

Si les modalités d’apprentissage du compagnonnage sont si favorables, elles ont l’inconvénient de ne pouvoir être proposé qu’à un petit nombre. Et c’est là qu’est le problème pour les professionnels, de plus en plus nombreux, qui souhaitent se lancer dans ce métier car ceux-ci rencontrent des difficultés pour trouver les moyens efficaces et progressifs de mettre le pied à l’étrier.

L’enthousiasme des confrères à qui j’ai parlé des modalités proposées désormais dans le groupe de formation supervision au coaching de collectifs est pour moi le signe qu’elles répondent à leur besoin. Un besoin, jusque là insatisfait, d’accéder à des conditions pédagogiques leur permettant de gagner en compétence, en expérience et en confiance dans l’exercice de ce métier ; des conditions équivalentes au compagnonnage.

Mon aspiration à transmettre ma pratique de l’accompagnement de groupe dans cet esprit de compagnonnage me conduit à proposer à tout confrère coach (et donc pas uniquement aux participants du nouveau groupe) une ressource complémentaire à ce nouveau groupe mensuel : la possibilité de séances de mentoring.

Par mentoring d’un coach, j’entends son accompagnement individuel et la transmission d’expertise technique (théoriques et méthodologiques) dans l’élaboration ou le suivi d’une de ses interventions de coaching individuel, d’équipe ou d’organisation auprès d’un de ses clients. Cette possibilité de mentoring offre, à défaut d’accompagner le confrère en situation auprès du client (encore que cela n’est pas complètement exclu dans certains cas), l’opportunité de co-élaborer et de piloter les dispositifs de travail proposés au client dans des temps de préparation.

Voilà, je suis heureux d’avoir partagé avec vous ces réflexions et propositions qui me tiennent à cœur et serai ravi d’en parler de vive voix avec vous si elles ont rejoint votre aspiration à vous développer en tant qu’accompagnateur de groupe. Si tel est le cas, vous pouvez me joindre soit ces prochains jours avant mon départ en vacances soit à la rentrée.

A bientôt pour certains et, à tous, je souhaite de belles vacances.

LinkedInViadeoPartager